Instagram Julia GuimbaudLinkedIn Julia Guimbaud Freelance webflow
Julia Guimbaud dans le désert du Wadi Rum en Jordanie
Short Story
En 2 minutes

En 2020, après avoir exercé le métier de podologue pendant 4 ans, j’ai décidé de tout plaquer pour partir voyager.

J’ai mis de côté ma blouse pour créer une activité me permettant de vivre la vie que je souhaitais.

Au même moment, j’ai découvert l’univers de la tech. Je me suis formée en webdesign, en combinant deux puissants outils :

1. Figma : pour créer des maquettes sur mesure
2. Webflow : pour les transformer en des sites robustes

Côté perso, j’explore le monde qui m’entoure et partage mon aventure grâce à l’écriture et la photographie.

Click to work

Click to travel

LinkedIn Julia Guimbaud Freelance webflowInstagram Julia Guimbaud
Long story
En 10 minutes

Mon histoire a commencé dans le sud de la France, près d’Avignon. C’est là-bas que je suis née et que j’ai grandi.

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été une grande curieuse.

Enfant, je passais beaucoup de temps à lire. La nature et la science avaient ma préférence (avec une mention spéciale pour les poneys).

C’est certainement ce trait de caractère qui m’a également donné envie de voyager. J’y ai été initié très jeune.

Si mes jeunes années ont été heureuses, l’adolescence a été une phase remplie de turbulences.

Je ne tolérais aucune forme d’autorité, j’étais en rupture avec le lycée. Cela a été une période charnière puisque c'est à ce moment que je renonce à mes rêves.

In-extremis, je suis sortie de cette spirale négative vers 20 ans. J’ai repris les rênes de ma vie et j’ai intégré une école de podologie. Une nouvelle page s’est ouverte à Marseille.

J’y ai fait des rencontres merveilleuses et y ai passé de belles années étudiantes. J’ai doucement rebâti la confiance et la motivation que j’avais perdue quelques années plus tôt.

Après le diplôme, j’ai débuté la vie professionnelle comme podologue. Les premiers mois de remplacements n’ont pas été joyeux. J’ai découvert la réalité de l’exercice libéral et du monde de la santé.

Mon envie de changer de métier grandit, jusqu’au jour ou j’ai rejoint un cabinet à Calas. L’équipe était fantastique et m’a redonné le goût de la profession. J’ai appris énormément au contact de mes patients et mes confrères.

Au bout d’un an, malgré les conditions optimales, j’étouffais dans mon quotidien. J’étais en recherche de liberté, de voyages et de nouveautés. Je me suis lancée dans une longue phase d’introspection.

Pendant cette réflexion, je suis partie en sac à dos, seule en Amérique du Sud (starter pack de la crise pré-trentenaire). J’ai traversé la Colombie, je suis partie à la découverte des montagnes péruviennes puis j’ai exploré Rio. Ce mois passé à l’étranger a été une révélation.
La conclusion était claire : le voyage doit être remis au cœur de ma vie.

Le retour en France est difficile. J’ai beaucoup de mal à reconnecter. Alors, je suis repartie en Belgique, puis au Pays-bas, avant d’être, comme tout le monde, confinée pour deux mois. J’ai mis ce temps à profit pour réfléchir à mes futurs projets.

À la réouverture des cabinets, j’ai décidé d’annoncer mon départ. Je ne savais pas ou j’allais. Je ne savais pas comment y aller. Mais, une chose était certaine : je n’allais pas rester plus longtemps ici. J’abandonne cette vie et je me mets au pied du mur pour me forcer à avancer.

Mon activité libérale s’est arrêtée le 31 juillet 2021. J’ai quitté mes patients et fermé la porte de mon cabinet, le cœur un peu lourd.

L’année qui a suivi est probablement la plus riche de ma vie. Je me suis enfuie entre les deux confinements pour partir à la découverte du monde. Bilan en un an : 6 pays et 21 villes visités.

Sur le chemin, j’ai rencontré les Massaïs en Tanzanie, les Bribris au Costa Rica, la communauté nomade au Mexique et la communauté entrepreneuriale à Dubaï.

En douze mois, j’apprends les bases du kite au Zanzibar, je fais un safari, je traverse la Tanzanie en bus (c’était dur), je vis dans les quartiers ghettoïsés de Johannesburg, je fais une des plus belles randonnées du monde (Lion’s head, Cape Town), je participe à un stage de survie dans la jungle, puis je traverse le Costa Rica en Road Trip. Je nage dans les cénotes avec les tortues marines, puis me balade sur le site de Chichèn Itza. L’année s'est terminée par la découverte de la vie en communauté en Géorgie avec une bande d’entrepreneurs et de créateurs de contenu.

Tout ça en créant une activité freelance dans la tech en partant de zéro.